SIAQ - SIAQ - SIAQ - SIAQ -

Mythes et réalités sur les soins à apporter aux arbres

Photo: Adam Franc

 

Bien que les arbres puissent généralement prendre soin d'eux-mêmes dans les forêts, dans les environnements urbains tels que votre cour ou votre communauté, les arbres ont besoin de protection et de soins appropriés. Chaque année, ces mythes persistants et insidieux sont responsables de nombreuses erreurs coûteuses et parfois dangereuses dans les soins à donner aux arbres.

 

Mythe : Les arbres peuvent briser les tuyaux d’égout.

Les racines sont attirées vers les tuyaux d’égout et peuvent les briser et perforer.

  • La réalité…

Les tuyaux sous-terrain sont souvent brisés par l’usure du temps, par l’action du climat ou par les cycles de gel/dégel. Ils peuvent être brisés, défectueux, désalignés et non étanches. Les racines d’arbres sont incapables de fendre des tuyaux. Les racines présentes dans les drains sont petites et tendres, en plus d’être suspendues par le haut du tuyau. Elles peuvent profiter de fuites existantes qui laissent échapper du liquide. Sans ces fuites, les drains recouverts de joints étanches de sable n’ont rien d’attirant pour les racines. Lorsqu’il y a des joints ouverts et non étanche, les gaz nourriciers s’échappent du réseau et montent lentement vers la surface. Des racines peuvent donc se développer progressivement en direction des tuyaux en tirant profit des fuites. Elles pénètrent donc par les ouvertures (fissures) déjà existantes.

 

Mythe : Les racines peuvent briser les fondations d’une maison

  • La réalité…

Les racines des arbres ne peuvent pas survivre dans des milieux stériles comme le béton, et elles n’essaieront jamais de pénétrer dans les murs d’une fondation. Au contraire, les racines rechercheront l’humidité et pourraient pénétrer dans des conduites (ou des fondations) qui ont des fuites ou des fissures, à la recherche d’humidité.

Les racines sont dépourvues de détecteurs d’eau. Elles n’en ont pas besoin parce qu’elles se développent et prolifèrent là où elles jouissent de conditions favorables. Les arbres ne gaspillent donc pas leur énergie pour rechercher l’eau. La croissance des racines est opportuniste. L’arbre étale et distribue normalement ses racines sous la surface du sol, là où il y a de l’air, de l’eau et des éléments minéraux. Il n’a donc pas intérêt à envahir le sol trop en profondeur. Plus de 90 % des racines d’arbres se trouvent dans le premier cinquante centimètres de sol. Les racines d’un arbre peuvent s’étaler sur un rayon pouvant mesurer entre une et deux fois sa hauteur. Plusieurs facteurs peuvent provoquer des fissures dans une fondation. L’utilisation de certains sols pour remblayer les bâtiments, le transfert d’eau de surface provenant des toits et des allées jusque dans les égouts pluviaux, les périodes de sécheresse prolongée ainsi que l’enlèvement de grosses quantités de terre dans des sols où des arbres sont présents. Tous ces facteurs peuvent contribuer rétracter le sol et soulever la fondation en causant des fissures.

 

Mythe : En grossissant, les racines d’arbres sont capables de soulever des trottoirs pour se développer.

Les racines sont souvent responsables du soulèvement des trottoirs, pavés et allées.

  • La réalité

Beaucoup de trottoirs sont brisés ou soulevés par l’usure du temps, par l’action du climat, par les cycles de gel/dégel, par la circulation de machinerie lourde (lors du déneigement) ou à cause d’une mauvaise qualité de construction. En se brisant, les trottoirs perdent automatiquement une partie de leur aspect solide. Au cours de la première étape de grossissement des racines, les nouveaux tissus occupent l’espace laissé libre par le déplacement du trottoir. Ces tissus plus ou moins gélatineux sont incapables d’exercer de pression sur quoi que ce soit. Ils se moulent plutôt aux objets avec lesquels ils entrent en contact. Au cours de la seconde et dernière étape de croissance, les mêmes tissus durcissent dans leur position de formation et se transforment en bois. Désormais, le trottoir ne peut plus revenir dans sa position originale. Il est toujours préférable d’éviter de circuler sur les trottoirs avec de la machinerie lourde. Lors de la construction d’un trottoir, assurez-vous que l’assise est solide, profonde et stable. Pour un trottoir privé, il est préférable de contourner les racines.

 

Mythe : Les arbres ont des racines profondes

La plupart des arbres commencent leur vie avec une racine pivotante - une racine effilée droite qui pousse verticalement vers le bas et d'où poussent d'autres racines. Au fil du temps, les racines creuseront très profondément dans la terre et resteront principalement verticales.

  • La réalité…

La plupart des arbres n'ont pas de racine pivotante; ils ont tendance à être plus superficiels que vous ne le pensez. Alors que certains arbres ont une racine pivotante quand ils sont jeunes, après quelques années, le système racinaire principal devient un système répandu avec des racines de surface principalement horizontales et seulement quelques racines d'ancrage à croissance descendante.

Les racines des arbres doivent être peu profondes pour rester dans le sol meuble et oxygéné près de la surface. Elles s’étendent à plusieurs fois la largeur du houppier. Les dommages aux racines sont une cause majeure de dépérissement, de mort, de bris ou défaillance. Certains gestes ou phénomènes comme la compaction du sol, l’enlèvement du sol, la coupe de racines, le remblaiement sur les racines, les inondations ou la sécheresse pourrait compromettre l’état du système racinaire de l’arbre et entrainer son dépérissement.

 

Mythe : Les blessures des arbres doivent être couvertes avec des produits de recouvrement

Comme les animaux, les arbres peuvent être blessés. Couvrir la plaie avec de la peinture ou remplir une cavité avec du matériel accélérera et complétera le processus de guérison.

  • La réalité

Contrairement aux animaux, les arbres n'ont pas de processus de cicatrisation. La guérison signifie de revenir à un état sain, de réparer ou de remplacer les tissus blessés. Les arbres, avec leurs parois cellulaires rigides, sont incapables de guérir les tissus blessés ou infectés. Les arbres vont plutôt couvrir ou isoler les tissus endommagés plutôt que de les guérir. Lorsque l'écorce des arbres est endommagée, les microbes attaquent le tissu végétal et les arbres réagissent en créant des murs autour des tissus. Ce processus est appelé « compartimentage » et se produit lorsque l'arbre construit quatre murs autour de la zone blessée afin de préserver le reste de l'arbre. La survie de l'arbre dépendra du succès de l'arbre à compartimenter la blessure.

Les recherches démontrent que les produits de recouvrement n'arrêtent pas la carie ou la pourriture. Les arbres répondent efficacement à leurs blessures sans l'aide de produits chimiques supplémentaires. Il ne faut donc pas interférer avec ce processus naturel en appliquant de la peinture pour la maison, des produits de préservation du bois, ou de lourdes couches de tout matériau à une blessure. Gardez votre arbre en santé et il prendra soin de ses blessures. En peu de temps, la surface de la plaie se fondra parfaitement avec l'écorce des arbres.

 

Mythe : Tailler les branches au ras du tronc

La taille est souvent faite pour enlever le bois mort d'un arbre, pour dégager l’espace au sol et pour supprimer des branches interférentes ou pour équilibrer le poids. Pour vous assurer qu'il ne reste aucune souche sur votre arbre, coupez la branche le plus près possible du tronc.

  • La réalité

Le collet de la branche, qui est la partie de la branche qui rencontre le tronc, doit rester intact pour que l'arbre reste en santé. Couper une branche trop près du tronc enlève le collier ce qui laisse l'arbre vulnérable aux parasites, à la décomposition et à la maladie.

 

Mythe : L’étêtage est un bon choix

Quand un arbre devient trop grand, il est approprié d'enlever toutes les branches les plus hautes afin de s'assurer que l'arbre n'interfère pas avec la vue, la lumière du soleil, ou les structures environnantes.

  • La réalité

Cette pratique appelée « étêtage » est tout à fait inacceptable. Elle viole toutes les pratiques d'élagage acceptées. Un arbre étêté est faible, vulnérable, et privé des nutriments de ses feuilles, ce qui conduit à des branches faibles, la vulnérabilité aux ravageurs, la carie et la maladie. De plus, un arbre étêté est beaucoup plus coûteux à entretenir, n’est pas visuellement attrayant, comporte des branches faiblement attachées qui deviendront encore plus grandes que les branches originales et qui pourront se briser très facilement, même avec un vent très faible. Les arbres étêtés doivent souvent être abattus parce qu'ils deviennent dangereux.

Chaque fois que l’étêtage est considéré, il existe deux alternatives acceptables :

Contactez un membre commercial de la SIAQ pour en savoir plus sur la réduction du houppier (une alternative sûre à l’étêtage).

Retirez l'arbre et remplacez-le par un arbre approprié pour l’endroit.